Lettre-ouverte pour une exonération des frais d’inscription au doctorat

Ce lundi premier août, nous, collectif des travailleur·se·s précaires de l’Université Paris-Saclay – Coll·doc – avons adressé une lettre ouverte à la Présidence de Paris-Saclay, la Maison du Doctorat, ainsi qu’à l’ensemble des directions des écoles doctorales de l’Université Paris-Saclay. Vous la trouverez ci-après:

Dans cette lettre, nous demandons une exonération des frais d’inscription au doctorat pour la rentrée universitaire 2022/2023 et la contractualisation des doctorant·e·s vacataires. En effet, les doctorant·e·s sont dans une situation de grande précarité et il devient urgent que l’Université Paris-Saclay prennent des mesures protectrices à l’endroit des doctorant·e·s, en particulier dans un contexte de sous-financement chronique de l’Université ainsi que de fortes tensions inflationnistes, situation que nous subissons toutes et tous de plein fouet.  

Il s’agit en outre, d’exiger que l’Université procède à une reconnaissance professionnelle pleine et entière des doctorant·e·s. Nous sommes des travailleur·ses essentiel·les de l’Université, sans laquelle celle-ci ne pourrait mener à bien sa mission de service public et à ce titre, il est nécessaire que nous œuvrions ensemble pour améliorer nos conditions de travail.  

Enfin, nous pensons qu’il serait bon de ne pas procéder – pour l’heure – au paiement des frais d’inscription, dans l’attente d’une réponse de la Présidence.

Nous vous invitons donc à faire circuler cette lettre autour de vous et à nous soutenir !

Publication mise en avant

Publié le
Catégorisé comme Communiqués

Contre la précarité à l’Université et la nomination de Mme Retailleau et son monde

Access the english version

Le collectif des travailleur·es précaires de l’Université Paris-Saclay, le collectif Saclay en lutte !, le SNESUP-FSU et la CGT appellent les personnels et étudiant·es de l’Université à se rassembler mardi à 13h devant la MAPS (bâtiment 399 sur le campus d’Orsay : https://g.page/mde-psaclay) pour un pique-nique festif afin d’échanger sur la précarité à l’Université et construire des actions pour la battre en brèche !

Par ailleurs, vendredi dernier Madame Sylvie Retailleau, présidente de l’Université Paris-Saclay a été nommée ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement d’Elisabeth Borne. Cette nomination est délétère à plusieurs égards :

D’une part, elle est emblématique d’un projet gouvernemental injuste, consacrant l’université à deux vitesses où des licences sous-dotées et déconsidérées côtoient des masters et grandes écoles concentrant tous les moyens sur le modèle de Paris-Saclay.

D’autre part, elle consacre le schéma pernicieux où certains mandarins au statut pérenne, œuvrent activement à la précarisation généralisée de leurs jeunes collègues, sans jamais voir leur propre statut mis en danger.

Ce pique-nique festif sera donc également l’occasion de manifester notre désaccord à la nomination de Sylvie Retailleau et de son monde de précarité à la tête de l’enseignement supérieur et de la recherche.

En solidarité, 

Coll·Doc

Press release-petition: let’s mobilize!

Accéder à la version française

Summary

On the 5th of April, “Colldoc”, the collective for the Paris-Saclay employees with insecure status held its first general meeting, with around fifty people, mainly doctoral students, from all around the university. This gathering occurred a few days after the “Assises de la Précarité”, which was a meeting organized by the inter-union committee in cooperation with the various higher education and research precarious employees’ collectives. This move is meant to be part of the ongoing struggle against the Research Planning Act and the Public Sector Transformation Act.

We acknowledged three main points:

1/ Wages are insufficient: they must increase and be indexed to the cost of living. Furthermore, the fact that doctoral students are compelled to pay tuition fees to work seems nonsensical to us. They should be fully recognized as staff members, and granted a right to free courses, just like what Paris 1 and Paris Nanterre university provided their doctoral students with.

2/ Our rights must be respected: we demand the end of free work. Some professors abuse their position of power in order to have precarious status employees correct additional papers or oversee exams related to courses in which said employees didn’t take part. And this is against the law.

3/ Work conditions: cases of bad thesis supervision are commonplace, which often leads to us having to suffer from harassment. But the silence surrounding these cases is downright deafening, as the fear of a negative impact on one’s career is strong enough to deter one from talking. We want for the regulatory frameworks to really be able to prevent those illegal and damaging behaviours. The victims must be heard and supported.

The various precarious workers among the technical and administrative staff, or the teachers/researchers, are an essential part of the labs, departments and faculties. The teachers/researchers’ working conditions depend on what their administrative and technical peers can do for them, with their own working conditions. We must put an end to this constant short staffing situation, for the university cannot work properly as long as 4 out of 10 administrative employees are hired under an insecure status.

The university cannot function without us. Precarity isn’t the university’s future, but rather its current reality. The university relies on an exploitation system to keep working.

The Research Planning Act and the Public Sector Transformation Act will only exacerbate this situation, but we won’t give up. We are aware that, ultimately, through the struggle for our own working, studying and living conditions, we are standing up for the higher education and research public service as a whole. We fight, and will keep fighting, until we are satisfied.

————————————————————————

On the 5th of April, “Colldoc”, the collective for the Paris-Saclay employees with insecure status held its first general meeting, with around fifty people, mainly doctoral students, from all around the university. This move is meant to be part of the ongoing struggle against the Research Planning Act and the Public Sector Transformation Act. This gathering occurred a few days after the “Assises de la Précarité”, which was organized by the inter-union committee in cooperation with the various higher education and research precarious employees’ collectives.

We acknowledged three main points:

1/ The first one is about insufficient wages

We demand a pay rise, and the indexation of our wages to the cost of living, including charges, rents, and moving expenses, which are often induced by precarious situations.

a) wages must increase, as well as the amount of funded PhDs

On that matter, we want the pay rise provided for in the Research Programming Act to be extended to all doctoral students, and not only newcomers.

As a reminder, standard doctoral contracts provide students with a monthly gross wage of 1768 euros.

It must also be mentioned that, in September 2020, the ex-INRA (National Institute for Agricultural Research) now INRAE (National Institute for Agricultural, food and Environmental Research) students got a pay rise, up to a gross wage of 1874 euros, which is exactly what the Research Programming Act provides for. But this law wasn’t enacted back then. And after that, the whole INRAE student body obtained another pay rise, up to a gross wage of 1975 euros, namely the salary level prescribed by the RPA for new PhDs at the start of the 2022-2023 school year.

It is possible to draw from these achievements.

There are still too much unfunded PhD students in social and human sciences, this is a structural cause of social precarity and inequality. New contracts must be created for this to end, as set out by the programming research act by the way.

b) every staff member must receive a residence allowance

A residence allowance must be given to every precarious status worker. As of now, only the public officials, contract agents and civil servants whose stipend is determined based on salary scale, may benefit from it. Doctoral students in particular, while they face the same cost of living increase as everyone else, still don’t get access to it. Even though our “ATER” (temporary lecturer and research assistant) peers, do. Their salaries are based on a benchmark index, and this triggers entitlement to allowance residence for them. A simple change in the PhD regulatory framework could remove this inequality, however. There is no reason not to do, for the doctoral students, what has already been done for the teachers’ assistants in primary and secondary schools for instance. This change, in the Paris region, would amount to earning 2000 euros over the course of three years, which is significant.

c) give the “vacataires” an actual work contract. The “vacataire” status is primarily defined by the fact that the wage is based solely on the amount of teaching hours carried out. Seniority or diplomas are, for example, out of the equation. Moreover, monthly wage isn’t systematic, it can also be a quarterly, biannual or even annual pay.

Some doctoral students or doctors without position live off teaching “vacations” alone. Those contracts are paid under minimum wage and don’t grant access to the same social rights than normal contracts. The university must give these precarious workers actual contracts, and due recognition for their research work. In addition, the use of this kind of contracts must be strictly regulated, with a monthly wage at least (as stipulated by the Research Programming Act). The advisory report from the Council of State that should, theoretically, compel the higher education institutions to cover their travel expenses must be actually enforced, as it is for any other kind of university member.

The ANCSMP (National Association for the Job Applicants in the Political Science Field) has a few suggestions on the matter:

-put an end to the “ATV” (temporary “vacataires” agents) status and ensure the mandatory use of actual teaching contracts, guaranteeing access to a form of social protection ;

-shed light on the various unpaid professional activities (correcting papers, watching over exam sessions, attending meetings, carrying out administrative work etc.) for them to be reflected in the salary.

d) staff members shouldn’t have to pay tuition fees

Doctoral students are asked to pay to be able to work: this is insane. We ask the university to consider the doctoral students as staff members, for them to be exempted from tuition fees, just like how Paris 1 and Nanterre do for any fellow worker willing to start or resume a university cursus.

2/ The second one is about the observance of our rights

Nowadays, the university doesn’t do enough to let us know about our rights, or to give us information about the various abnormal situations and psychosocial risks we may face, such as power abuses or harassment. And yet a large amount of insecure status workers are victims in these predicaments.

Thus, we recommend dedicating some time to the unions as well as the organizations defending precarious workers for them to provide newcomers (undergraduates, master or PhD students) with a mandatory presentation during their welcoming day, either one presentation for Paris-Saclay students as a whole or alternatively, one for each of its components. We suggest that people with responsibilities (such as representatives in the research unit council or the doctoral school) as well as anyone who’s interested, be able to have access to a more detailed course. For administrative and technical staff members, this course can be included in their work time as discharge. For PhD students, this could be counted as off training catalogue courses.

a) end of free work

We demand the end of free work. Indeed, we know that some professors tend to abuse their position of power in order to have precarious status employees correct additional papers or oversee exams related to courses in which said employees didn’t take part, which is illegal.

Moreover, the law stipulates that 1 lecture course hour amounts to 1.5 “HETD” (tutorial-class-hour equivalent) and 1 practical work hour amounts to 1 HETD. But this still isn’t the case in practice, as in some parts of the university, 1 lecture course hour amounts to less than an hour and a half of tutorial class. We want the law to be followed in every component and part of the university. The weight of the structural funding shortage shouldn’t be placed on the most insecure workers’ shoulders. Playing with the “HETD” coefficient is one of the most common methods used by the university to save money, albeit a very small amount, and this is unacceptable. The coefficients must follow what the law prescribes.

b) a right to disconnect from work and take vacations

Some of the insecure status workers do not explicitly benefit from paid leave. We demand that their right to disconnect from work be actually observed: we must preserve periods of time during which professional interactions aren’t allowed (evening, weekends, paid leave). In this regard, generalizing the vacation management systems for precarious staff members (like the Agate system used in the CNRS labs for instance) could represent an appropriate framework.

c) promote the PhD students’ activities – for an actual doctoral training

It should be mentioned that the doctoral training’s newest version is made for preparing doctoral students to a professional career outside the higher education and research field. We demand that it meets the students’ needs, regardless of their future choices, as they should first and foremost get proper training in their own field, and then highlight the activities that they’re already undertaking. Many of us are already carrying out teaching, scientific animation, or student managing activities, from which you can learn a lot. We suggest that the doctoral schools take a page from the social and human sciences doctoral school’s book, as the various tasks covered by the students are more properly taken into account there.

d) « personnels hébergé·es » (roughly translated: “hosted staff members”), aka. employees working in a different organization than the one employing them.

When asking for information, the employer, the host, the host’s host (yes, that is a thing, as silly as it sounds), the client etc. shouldn’t be forced to ask again and again. The employer is in charge of coordinating with the “host” and must gather the information as needed.

There should only be one single contact point with the employer for every kind of inquiry/procedure (for “hosted” workers, teleworking people, people working in the private sector, or fulfilling a mission, people in need to go see a colleague in another building and other kinds of specific circumstances). Mail exchanges and progress of ongoing procedures inside the various entities involved must be electronically traced. The numerous amounts of contact persons, and the lack of any kind of coordination between them entails an additional workload for “hosted” staff members in need of working material, for example. This additional workload is illegitimate and inefficient in regard of the amount of time that could be saved by centralizing procedures.

”Hosted” staff members must be granted a badge that works everywhere they need to go (buildings in every location, canteen, library etc.). This badge should be given to them on their first working day, granting them the appropriate permissions. Failure to do so must be faced with penalties. This single badge could benefit everyone, “hosted” workers or not, and the administrative staff members’ repetitive work could be eased this way. Our “hosted” peers shouldn’t be compelled to spend time explaining their status again and again to be granted access to the various workspaces such as labs, libraries, or to the collective catering facilities, as this goes directly against equality between peers.

3/ The third one has to do with our working conditions

Beyond financial issues, there is the matter of bad management. It is a common situation and a recurring problem for doctoral students and unemployed young doctors. And because of that, we run the risk of facing harassment.

Even if harassment is of course illegal, there still is, in our labs and research units, a constant silence around this matter. Precarious workers are afraid to talk about what they’re going through, because of the consequences that such a statement might have on their career. But they must be allowed to speak, for those misconducts to end. We also urge every professor who find themselves appalled by those behaviours to speak up and support the victims.

a) Prevent the abuses

We must seriously start thinking about making some radical changes to the “HDR” (thesis supervision accreditation). This diploma isn’t about evaluating the candidate’s capacity to direct research, unlike the “ADR” for example, but obtaining this diploma qualifies for thesis supervision nonetheless. The quality of your own research doesn’t say anything about your ability to supervise a PhD. We demand that teachers/researchers acquire the relevant abilities and soft skills through proper training. We also want to generate discussions on the following suggestions: assign each PhD student a mentor, who wouldn’t be part of the supervision team, so they have a person to freely talk to, about how the PhD is going ; inclusion of a PhD student in the thesis monitoring committee (“comité de suivi de these”).

b) Suitable medico-welfare facilities

The occupational medicine’s workforce must be increased to keep up with the university’s workforce needs, in order to properly handle the harassment cases among other things. The fact that there’s only one nurse for several thousand university users and staff members is unacceptable, just like the fact that the 1500 ENS students and the few thousand staff members only have two persons, working part-time, to look after them. And these are only two well-known examples.

The various precarious workers among the technical and administrative staff, or the teachers/researchers, are an essential part of the labs, departments, and faculties. The teachers/researchers’ working conditions depend on what their administrative and technical peers can do for them, with their own working conditions. We must put an end to this constant short staffing situation, for as long as 4 out of 10 administrative employees are under an insecure status, the university cannot work properly.

The university cannot function without us. Precarity isn’t the university’s future, but rather its current reality. The university relies on an exploitation system to keep working.

The Research Planning Act and the Public Sector Transformation Act will only exacerbate this situation, but we won’t give up. We are aware that, ultimately, through the struggle for our own working, studying and living conditions, we are standing up for the higher education and research public service as a whole. We fight, and will keep fighting, until we are satisfied.

————————————————————————

Please, demonstrate your support to the various suggestions written here by signing this statement. And don’t hesitate to share it around you.

Communiqué-pétition: mobilisons-nous !

Access the english version

Ce communiqué fait suite à l’AG du 5 avril 2022. En bas de la page, vous pourrez le signer pour manifester votre soutien à son contenu.

Résumé

Le 5 avril, Coll·Doc, collectif des travailleur·ses précaires de l’Université Paris-Saclay, a tenu sa première assemblée générale. Une cinquantaine de personnes étaient présentes, relevant des différents sites de l’université, dont une large majorité de doctorant·es. Intervenue quelques jours après les Assises de la Précarité organisées par l’intersyndicale en lien avec différents collectifs de travailleur·ses précaires de l’ESR, cette assemblée générale s’inscrit dans la continuité de la mobilisation contre la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) et de la Loi de Transformation de la Fonction Publique (LTFP). 

Trois constats se sont imposés à nous.

1/ Insuffisance des rémunérations : nous demandons la revalorisation des rémunérations et leur indexation sur le coût de la vie. Il nous semble par ailleurs absurde que les doctorant·es aient à payer des frais d’inscription pour pouvoir travailler. Iels doivent être reconnu·es comme des personnels à part entière et bénéficier d’un droit à la formation gratuite, sur le modèle des dispositifs qu’ont introduit les universités de Paris 1 et de Paris Nanterre.

2/ Respect de nos droits : nous demandons la fin du travail gratuit. Certain·es titulaires abusent de leur position de pouvoir pour exiger des précaires qu’iels corrigent des copies supplémentaires ou surveillent des examens relatifs à des cours dans lesquels iels n’interviennent pas, ce qui est contraire à la loi.

3/ Conditions de travail : Les situations de mauvais encadrement sont courantes, et nous exposent à des formes de harcèlement. Celles-ci font par ailleurs l’objet d’une véritable omerta, tant les craintes de répercussions sur les carrières sont fortes pour qui oserait parler. Nous demandons à ce que les dispositifs d’encadrement permettant de prévenir ces comportements illégaux et destructeurs soient renforcés et que les victimes soient entendues et défendues.

Les travailleur·ses précaires de différents statuts, administratifs, techniques, enseignant·es, chercheur·ses sont un rouage essentiel des laboratoires, départements, et UFR.  Les conditions de travail des personnels d’enseignement et de recherche sont tributaires de celles des collègues administratifs et techniques. Le sous-effectif permanent des services administratifs doit cesser, l’université ne peut fonctionner normalement lorsque 4 collègues administratifs ou techniques sur 10 sont précaires-contractuel·les. 

Sans nous, l’université ne tournerait pas. La précarité n’est pas l’avenir de l’université, mais bien sa réalité présente. L’Université française fonctionne en s’appuyant sur un système d’exploitation. 

Parce que nous ne nous résignons pas à cette situation que la LPR et la LTFP ne peuvent qu’amplifier, et parce que nous sommes conscient·es qu’à travers nos conditions de travail, d’études et de vie, c’est le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche que nous défendons, nous nous mobilisons, et resterons mobilisé·es tant que nous n’aurons pas obtenu satisfaction. 


Le 5 avril, Coll·Doc, collectif des travailleur·ses précaires de l’Université Paris-Saclay, a tenu sa première assemblée générale. Une cinquantaine de personnes étaient présentes, relevant des différents sites de l’université, dont une large majorité de doctorant·es.  Cette démarche s’inscrit dans la continuité de la mobilisation contre la la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) et de la Loi de Transformation de la Fonction Publique (LTFP).  Elle est intervenue quelques jours après les Assises de la Précarité organisées par l’intersyndicale en lien avec différents collectifs de travailleur·ses précaires de l’ESR.

Trois constats se sont imposés à nous :

1/ Le premier renvoie à l’insuffisance des rémunérations.

Nous demandons la revalorisation des rémunérations et leur indexation sur le coût de la vie, comprenant les loyers et les charges, ainsi que les coûts des déménagements incessants qui vont souvent de pair avec les situations de précarité.

a) augmenter les salaires et le nombre de financements de thèse

En ce sens, nous revendiquons en particulier la généralisation de la revalorisation des rémunérations doctorales prévue dans la LPR à tous et toutes les doctorant·es – et pas simplement des nouveaux·elles entrant·es.

Pour rappel, la rémunération actuelle de la majorité des contrats doctoraux est de 1768 euros bruts mensuels. Seuls les nouveaux contrats offrent une rémunération de 1866 euros bruts mensuels.

Il est possible de s’inspirer de ce qu’ont obtenu les doctorant·es de l’INRAE :

• Une revalorisation des salaires des doctorant·es engagé·es avant septembre 2020 à 1874€ bruts avec rétroactivité au 1er janvier 2022

• Une revalorisation de l’ensemble des doctorant·es salarié·es de l’INRAE (et pas seulement des nouveaux entrants) lors de la revalorisation, prévue dans la LPR, des salaires des nouveaux et nouvelles doctorant·es à 1975€ bruts. 

Une partie encore trop importante des doctorant·es en SHS sont sans financement : nous demandons l’ouverture de nouveaux contrats doctoraux pour résorber cette cause structurelle de précarité et d’inégalités entre nous, d’ailleurs conformément aux promesses de la LPR.

b) verser une indemnité de résidence pour tous les personnels

Nous demandons que l’indemnité de résidence soit versée à tous les travailleur·ses précaires. Seul·es y ont droit les agent·es de la fonction publique, contractuel·les ou fonctionnaires, dont le traitement est calculé sur la base d’une grille indiciaire. En particulier, les doctorant·es n’y ont pas accès, alors qu’iels font face au même coût de la vie que leurs collègues. Il suffirait pourtant d’une simple modification du cadre réglementaire du doctorat pour que soit résorbée cette rupture d’égalité avec les collègues ATER, par exemple, dont la rémunération dépend d’un indice de référence ouvrant droit à cette indemnité de résidence. Ce qui a été fait pour les assistant·es d’éducation n’a pas de raison de ne pas pouvoir être réalisé pour les doctorant·es contractuel·les. Et sur trois ans de doctorat, cela peut représenter en région parisienne plus de 2 000 euros, ce qui n’est pas rien.

c) contractualiser les vacataires

Certain·es doctorant·es et docteur·es sans poste vivent des seules vacations d’enseignement, payées en-dessous du SMIC, et n’ouvrant pas les mêmes droits sociaux que les contrats de travail réguliers. Il est nécessaire que l’université contractualise tous ces précaires et reconnaisse à sa juste valeur leur travail de recherche. Cela doit s’accompagner d’un véritable encadrement du recours aux vacations, de leur mensualisation a minima (comme le prévoit normalement la LPR) et de l’application de l’avis du Conseil d’Etat obligeant les institutions d’enseignement supérieur à prendre en charge les frais de transports des personnels vacataires de la même façon que les autres catégories de collègues. 

L’ANCSMP propose par exemple de :

– faire abroger le statut d’ATV et obtenir le recours obligatoire à des contrats d’enseignement, permettant une protection sociale ;

– faire évoluer les conditions de rémunération pour qu’elles reflètent la réalité du travail réalisé (y compris les tâches actuellement non-rémunérées – corrections, surveillances, réunions, travail administratif, etc.).

d) exonérer de frais d’inscription tous les personnels de l’Université

Il nous semble par ailleurs absurde que les doctorant·es aient à payer des frais d’inscription pour pouvoir travailler. Nous demandons à ce que l’université reconnaisse ses doctorant·es contractuel·les comme des personnels, et qu’iels soient exonéré·es de frais d’inscription, à l’instar de tout autre collègue souhaitant commencer ou reprendre ses études, sur le modèle des dispositifs qu’ont introduit les universités de Paris 1 et de Paris Nanterre.

2/ Le deuxième constat concerne le respect de nos droits. 

Aujourd’hui, l’université fait trop peu pour faciliter la connaissance de nos droits, ni pour nous informer sur les situations anormales et risques psycho-sociaux, comme l’abus d’autorité ou le harcèlement, alors que de très nombreux précaires en sont victimes. 

Nous proposons que les syndicats et les collectifs de précaires disposent d’une intervention de droit à l’occasion de journées d’accueil de tous les nouveaux entrant·es (dans chaque nouveau cycle, licence, master et doctorat), à l’échelle de l’université Paris-Saclay, ou, alternativement au moins au niveau de chaque composante. Nous proposons que tou·tes celles et ceux en situation de responsabilité (élu·es au conseil d’unité, à l’ED, …) et celles et ceux qui le souhaitent puisssent bénéficier d’une formation plus approfondie, comptabilisées par exemple sur leur temps de travail sous forme de décharge, pour les collègues administratifs et techniques, et comme des heures de formations hors-catalogue, pour les doctorant·es.

a) fin du travail gratuit

Nous demandons la fin du travail gratuit. En effet, certain·es titulaires abusent de leur position de pouvoir pour exiger des précaires qu’iels corrigent des copies supplémentaires ou surveillent des examens relatifs à des cours dans lesquels iels n’interviennent pas, ce qui est contraire à la loi.

De plus, La loi indique qu’une heure de cours magistral correspond à 1,5 HETD, et une heure de TP à 1 HETD. Or cela n’est pas toujours le cas, puisque dans certaines composantes de l’université, une heure de CM vaut moins d’une heure et demie de TD. Nous demandons à ce que cela soit respecté dans tous les établissements-composantes et toutes les composantes de l’université. Il est inacceptable que le manque de financement structurel de l’université pèse sur les épaules des plus précaires, et que des manipulations de coefficients constituent un moyen privilégié pour faire des économies de bouts de chandelles. Nous demandons que soient respectés les coefficients fixés par la loi.

b) droit à la déconnexion et aux congés

Certains personnels précaires ne bénéficient pas clairement de congés payés. Nous demandons à ce que leur droit à la déconnexion soit vraiment respecté, en sanctuarisant les périodes où les échanges liés au travail ne sont pas permis (soir, week-ends, jours de congés). À cet effet, la généralisation des systèmes de gestion des congés à destination des personnels précaires (sur le modèle, par exemple, du système Agate des labos CNRS) pourrait être un outil de cadrage à considérer.

c) valoriser les activités des doctorant·es – pour une véritable formation doctorale

Enfin, notons que la nouvelle version de la formation doctorale a pour but de préparer les doctorant.es à un avenir professionnel hors de l’ESR. Nous demandons au contraire que la formation doctorale réponde aux besoins des doctorant.es quel que soit l’avenir qu’ils ou elles se choisissent. Ils ou elles doivent d’abord pouvoir se former dans leur propre discipline et ensuite faire valoir les activités qu’ils ou elles réalisent déjà. L’enseignement, l’animation scientifique ou l’encadrement d’étudiants sont des tâches formatrices déjà effectuées par beaucoup d’entre nous. Nous proposons donc aux écoles doctorales de s’inspirer du modèle de formation doctorale de l’ED Sciences Sociales et Humanités où la diversité du travail des doctorant.es est mieux valorisée et prise en compte. 

d) personnels hébergé·es

Il s’agit des personnels qui travaillent dans une structure qui n’est pas leur employeurs.

Une information demandée une fois ne doit plus jamais être redemandée une seconde fois, que ça soit par l’employeur·se, l’hébergeur·se, l’hébergeur·se de l’hébergeur·se, le client, etc. L’information doit être collectée par l’employeur·se, qui a pour charge de se coordonner avec l’hébergeur·se. 

Un point de contact unique auprès de l’employeur·se (que l’on soit hébergé·e, en télétravail, chez un·e collaborateur·rice, en mission, etc) pour toutes les questions/démarches, avec obligation de traçage électronique des échanges et statut de la demande en cours auprès des autres entités. La démultiplication des référent·es et l’absence de toute coordination digne de ce nom entre eux implique une charge de travail supplémentaire pour les personnels hébergé·es, réalisant des demandes de matériels de travail, par exemple, charge de travail à la fois illégitime et inefficace par rapport aux économies de temps que pourraient causer une centralisation des procédures.

Mais un enjeu central reste de pouvoir mettre à leur disposition un badge unique pour tout (accès aux bâtiments des différents sites, cantine, bibliothèque, etc) avec obligation de remettre le badge avec tous les droits adaptés, dès le premier jour, assortie de sanctions en cas de retard à la remise de la carte. Le badge unique bénéficierait à tous, y compris les personnels non-hébergé·es, et les personnels administratifs dont le travail répétitif devrait être ainsi allégé. Il n’est pas normal qu’un·e collègue hébergé·e passe son temps à expliquer son statut d’hébergé·e pour accéder aux différents espaces de travail, comme les laboratoires ou les bibliothèques, ou aux espaces de restauration. Cela enfreint l’égalité avec les collègues hébergé·s.

3/ Le troisième constat concerne nos conditions de travail. 

Au-delà des problématiques financières, un problème récurrent pour les doctorant·es et les jeunes docteur·es sans poste concerne l’encadrement. Les situations de mauvais encadrement sont courantes, et nous exposent à des formes de harcèlement. 

Le harcèlement est illégal, mais l’omerta perdure dans nos labos et UFR.  Les précaires craignent les répercussions sur leur carrière s’iels osent dénoncer les faits dont iels sont victimes. La parole doit pouvoir se libérer pour que ces agissements abjects cessent. Nous invitons tous les titulaires révolté·es par ces comportements à ne plus se taire et à soutenir les victimes. 

a) Prévenir les abus

Nous demandons que soit ouverte une réflexion sur une réforme ambitieuse de l’HDR. En effet, ce diplôme donne le droit d’encadrer des thèses, mais sans évaluer la capacité du ou de la titulaire à le faire, comme c’est pourtant le cas pour les ADR. Produire de la bonne recherche et être reconnu·e pour son travail ne dit rien sur la capacité à encadrer une thèse. Nous demandons donc que les enseignant·es-chercheur·ses soient formé·es pour acquérir les compétences et savoir-être nécessaires à l’encadrement. Nous souhaitons également ouvrir le débat sur les propositions suivantes : attribution à chaque doctorant·e d’un parrain ou d’une marraine de thèse, extérieure à l’équipe d’encadrement, pour échanger de manière privilégiée sur le déroulé du doctorat ; présence d’un·e doctorant·e dans le comité de suivi de thèse. 

b) Des services médico-sociaux proportionnés

Nous demandons aussi que la médecine du travail soit renforcée à la hauteur des effectifs de l’université, notamment pour prendre en charge la prévention et l’intervention en cas de harcèlement. Il n’est pas acceptable de disposer d’une seule infirmière pour les milliers d’usager·es et de personnels de l’UVSQ, comme il n’est pas acceptable d’avoir seulement deux personnes à mi-temps pour suivre les 1 500 élèves et les centaines de personnels de l’ENS, pour ne citer que deux exemples connus. 

Les travailleur·ses précaires de différents statuts, administratifs, techniques, enseignant·es, chercheur·ses sont un rouage essentiel des laboratoires, départements, et UFR.  Les conditions de travail des personnels d’enseignement et de recherche sont tributaires de celles des collègues administratifs et techniques. Le sous-effectif permanent des services administratifs doit cesser, l’université ne peut fonctionner normalement lorsque 4 collègues administratifs ou techniques sur 10 sont précaires-contractuel·les. 

Sans nous, l’université ne tournerait pas. La précarité n’est pas l’avenir de l’université, mais bien sa réalité présente. L’Université française fonctionne en s’appuyant sur un système d’exploitation. 

Parce que nous ne nous résignons pas à cette situation que la LPR et la LTFP ne peuvent qu’amplifier, et parce que nous sommes conscient·es qu’à travers nos conditions de travail, d’études et de vie, c’est le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche que nous défendons, nous nous mobilisons, et resterons mobilisé·es tant que nous n’aurons pas obtenu satisfaction. 


Nous vous invitons à signer ce communiqué pour montrer votre soutien aux propositions qu’il contient ! N’hésitez pas à le diffuser largement autour de vous.

Publication mise en avant

Publié le
Catégorisé comme Communiqués